Aller au contenu principal
Retro Air Jordan De Carolina Femmes 11 North Bleu Chaussures Basket wAwOdErn1q

Elisée Reclus et le fait colonial

Puma De Blaze Og Disc Chaussures Homme Violet Noir Course XXxZw

Lorsqu’il se rend en Algérie pour la première fois en 1885, Elisée RECLUS est déjà célèbre, comme géographe, auteur de la monumentale Nouvelle Géographie Universelle, dont le Tome XI, consacré à l’Afrique du Nord, vient de paraître, mais aussi comme ‘’ pape des Anarchistes’’, celui que la prison en Bretagne puis le bannissement en Suisse, après son arrestation, les armes à la main, lors d’une sortie de son bataillon à Châtillon en 1871, pendant la Commune, n’ont pas détourné, bien au contraire, de ses convictions libertaires.

Il va en effet les enrichir en fréquentant les ‘’Anciens’’ comme Bakounine, qui sera son ami jusqu’à sa mort, et les développer au contact des réfugiés politiques qu’il accueille et soutient sans compter dans son refuge Helvétique, tel Kropotkine.

Tous ces anarchistes s’estiment, bien sûr, concernés par la colonisation qu’ils condamnent au nom des grands principes fondateurs : « chaque peuple a le droit d’être lui-même et personne n’a celui de lui imposer son costume, ses coutumes, ses opinions, ses lois. » Cet arrêt formulé par Bakounine sera repris sans grands changements par Elisée RECLUS dans sa préface au livre de Jean Graves, anarchiste lui aussi, ’’Patriotisme/Colonialisme’’, en 1903 : « la Colonisation est une conséquence du patriotisme. De ce fait le colonial n’a d’autre objectif que de prendre, soit des trésors, soit des terres et les hommes qui les peuplent, soit le pouvoir et des titres à l’avancement. ».

Les groupes libertaires, déjà présents à Alger à l’époque, très actifs malgré leur peu d’adhérents et leurs faibles moyens financiers, partageaient ces avis métropolitains. On comptait en leur sein de nombreux ‘’indigènes’’ que l’athéisme professé par les anarchistes ne paraissait pas effrayer. C’est dire combien Elisée RECLUS, lors de ses nombreux séjours dans cette ville, à l’occasion de ses voyages scientifiques ou pour rendre visite à sa famille, se trouvait bien accueilli. On lui proposait des conférences qui avaient du succès.

La ferme de Tarzout, une approche « anarchiste » de la colonisation ?

Mais alors comment cet homme intransigeant, sans concession sur les principes, celui qui vient d’adhérer, l’année précédente, à l’Association des Indigènes, comment cet ‘’anticolonialiste ‘’avant la lettre, va-t-il pouvoir encourager et même susciter l’installation de son gendre, Paul Régnier, et de sa fille aînée, Magali, en Algérie ? Et donc, qu’on le veuille ou non, favoriser l’essor de la Colonisation !

Qui était ce gendre ? Il s’agissait du second fils d’un industriel Nantais, sorti major de l’Ecole Centrale, et qui compléta ses études d’ingénieur par un diplôme d’architecte. C’est au cours de ces études qu’il se lia étroitement à deux condisciples qui allaient entrer rapidement dans sa famille : par l’entremise d’un certain Paul RECLUS, neveu du géographe anarchiste, qui leur présentait ses charmantes cousines et favorisait deux mariages concomitants.

Paul Régnier va ouvrir peu après un cabinet d’architecte à la frontière Suisse mais il le fermera rapidement, l’état de santé de Magali, son épouse, s’étant dégradé. Elle toussait sans cesse et ce symptôme évoquant à l’époque, automatiquement, la tuberculose, véritable, il prit la décision de s’installer sous un climat plus propice. Son beau père, probablement influencé par les conceptions médicales de l’époque, lui conseilla le climat sec et ensoleillé de l’Algérie.

Après avoir ouvert à Alger un nouveau cabinet d’architecte et dessiné avec son associé Redon les esquisses d’un nouvel urbanisme de la ville, Paul Régnier va être enthousiasmé par le spectacle de la côte Algérienne. Ces terres incultes, étendues aux pieds du Dahra, en une plaine étroite à égale distance de Tipasa à l’Est et Mostaganem à l’Ouest, sont traversées par l’Oued Tarzout qui se jette dans la méditerranée par un delta marécageux approvisionné très irrégulièrement : ’’ oued secco’’ l’été, torrent ravageur lors des pluies diluviennes, imprévisibles et soudaines, fréquentes en Algérie.

Les paysages lui rappelaient la Grèce visitée l’année précédente : c’était le coup de foudre. Son cabinet d’architecte fermé sans tarder il va se lancer dans l’agriculture, satisfaisant un vieux rêve. Autour d’un premier lot assez étendu vont se joindre des parcelles incultes négociées équitablement avec les indigènes alentour. Mille cinquante hectares de terres en friche, désertes, isolées, à quarante kilomètres du port de Ténès. Un port seulement accessible par mer, les chemins broussailleux, simples sentiers muletiers escaladant les crêtes et franchissant les ravins à faible distance de la côte, n’étant pas carrossables. Paul Régnier sera conseillé amicalement par un compatriote Normand installé dans les environs, prodigue en conseils judicieux qu’il allait mettre en application avec succès une fois que les éléments démontables de la maison préfabriquée eurent été assemblés après leur transport en balancelle depuis Ténès. La fameuse ferme de Tarzout était née. La famille pouvait arriver et la vraie vie commencer.

La ferme de Tarzout un peu avant la guerre de 1914-1918

 

Paul Régnier n’était pas routinier. Il était au contraire enclin à expérimenter des cultures nouvelles : en plus des céréales ‘’obligées’’ et de la vigne, il fit de nombreux essais heureux.

La maison était accueillante et recevait de nombreux artistes, écrivains ou journalistes ce qui entretenait un climat d’émulation intellectuelle fructueux. I. Eberhardt, écrivaine réputée et surtout femme ‘’libérée’’, avait séjourné à la ferme, le peintre Ary Renan, fils du célèbre philologue, aussi, comme bien d’autres : il ne s’agissait pas d’anarchistes mais nous dirions aujourd’hui d’intellectuels, pas nécessairement ‘’de gauche’’, mais des esprits libres.

En vérité même s’il n’était pas un anarchiste militant Paul Régnier respectait les mêmes principes que son beau père. La courte biographie écrite en 1936 par son gendre Théodore Lafon, nous décrit un homme « qui payait bien ses ouvriers sur lesquels il avait une autorité indiscutée qui venait autant de sa forte personnalité que de la bonté et de l’équité avec laquelle il les traitait ». Artiste, il voyait grand et ne reculait devant aucun sacrifice pour embellir le cadre de son existence. Il développa ses activités agricoles par des plantations variées, mais aussi par des créations techniques modernes :

Chaussures De Rouge Retro Basket Jordan Air Femmes 11 0XRRIq

- réalisation de six kilomètres de canaux pour détourner l’Oued Tarzout et irriguer ses jardins potagers.

- construction d’une cave modèle, équipée de cuves vitrifiées pour conserver le vin en attendant son expédition à Ténès.

 - mise en service de distillateurs pour le géranium, des séchoirs à piments, plantation de nombreux arbres d’agrément… la liste est longue !

Paul Régnier s’est éteint en 1938 après une vie de travail acharné. Malgré sa réussite il laissait à ses héritiers une fortune inférieure à celle que son père lui avait léguée ce qui témoigne de son désintéressement…

« L'anticolonialisme introuvable » d'Elisée Reclus

Le parcours de ce ‘’colon modèle ‘’ que nous venons de retracer brièvement ne pouvait-il pas, sinon infléchir les jugements défavorables de son beau-père sur la ‘’colonisation’’ , du moins les nuancer et justifier les propos de  certains qui le décriront comme le véritable initiateur d’un ‘’courant Reclus de colonisation’’ ?

Il semble en fait, sans que ces différences autorisent le moindre doute sur la constante honnêteté intellectuelle de l’anarchiste, qu’Elisée Reclus, en dehors de ses conférences parfois jugées outrancières, ait toujours émis des jugements mitigés sur la colonisation de l’Algérie.

Templier, le Directeur des Editions Hachette, probablement préoccupé par cette réputation « sulfureuse », lui rappelait avec insistance que cette Nouvelle Géographie Universelle était avant tout « une œuvre Géographique et que l’auteur devait être très réservé en ce qui touchait toutes les questions religieuses, sociales, politiques dans lesquelles il était évident que ses opinions étaient opposées à celles de la majorité des lecteurs ».

Au XXème siècle, certains auteurs, peut-être par ce qu’ils pouvaient alors se référer à « une critique construite » (Ref.2) de la question coloniale, pourront parler de « l‘anti-colonialisme introuvable » d’Elisée Reclus. Comme toujours chez ce véritable encyclopédiste, le chapitre de la NGU sur l’Algérie échappe à la vocation étroite impartie dans le titre : il s’agit certes d’une Géographie mais, comme il le formule fermement dans une lettre à son ami hongrois De Gérando « la Géographie doit commencer par tout à la fois : cosmographie, histoire naturelle, histoire, topographie Etc.: elle est bien « universelle » , et même écologique avant la lettre ! La bibliographie est impressionnante et rien n’est avancé, hormis les remarques manifestement personnelles, qu’il ne soumette à une confrontation rigoureuse avec ses articles. De cet abord véritablement scientifique ne pouvait résulter un récit univoque, manichéen. Que nous dit-il ?

Que la colonisation a été cruelle ; de nombreux exemples le prouvent. Mais il écrit aussi que : « la conquête n’a pas eu pour résultat général la diminution et l’abaissement des indigènes ». Ses réalisations techniques, en plus de leurs bienfaits fonctionnels attendus, ont souvent libéré le fellah du véritable esclavage occasionné par sa pauvreté : dans les régions proches du désert, grâce au percement par l’occupant de puits artésiens qui lui permettaient des récoltes abondantes, il pouvait échapper au véritable rançonnage imposé par les pillards, les « pourvoyeurs nomades », en se désendettant. Et il admet que cet effet bénéfique ne se limite pas aux seules régions désertiques : il a « observé cette survivance de situations de quasi servage qui prévalaient avant l’annexion dans d’autres régions » auxquelles la colonisation a mis un terme. Il incrimine les structures féodales de la Société indigène qui favorisent la main mise par les grands chefs, au nom de la tribu, sur des terres « qui seraient sinon largement suffisantes pour nourrir la population si on leur en accordait la possession » et il admet que « la conquête tendrait à faire disparaître ces archaïsmes ».

Dans son esprit c’est la Religion Musulmane qui est responsable de ces archaïsmes et il nous propose à cette occasion un raisonnement original échappant aux ‘’idées reçues’’. Un rappel historique d’abord : il admet que l’Islam conquérant, en prenant la succession de la religion égyptienne moribonde, a certes joué un rôle civilisateur incontestable en transmettant le contenu des bibliothèques byzantines « jusqu’à Tombouctou » ! Il admet par ailleurs que « c’est une religion dont les préceptes sont bien plus prompts que le christianisme à établir l’égalité, SINON ENTRE TOUS LES HOMMES DU MOINS ENTRE LES CROYANTS ». Mais il ne tente pas d’expliquer les causes de cette dégénérescence. On constate, sans plus, et on tire les conclusions, qui vont loin ! « L’Islam est un frein, c’est la cause de l’archaïsme de la société ».

Selon Elisée Reclus, l’Islam était moins puissant, sinon moins répandu, avant la conquête qui a été responsable de réactions paradoxales : elle a tenté de consolider son pouvoir en soutenant -en fait en créant- un clergé, qui plus est -véritable pêché mortel en terre d’Islam- rétribué ! Ces Imams stipendiés furent nombreux car cette situation de « collabos » leur permettait de consolider leurs statuts d’exploiteurs du peuple. Ce peuple qui va réagir en associant dans sa haine le colonisateur et son collaborateur musulman : il leur tournera le dos pour ne plus se fier qu’aux véritables imams descendants patentés du prophète. C’est surtout cette haine de l’occupant qu’ils savaient attiser qui attirait les fidèles. Cette analyse plausible nous incite à considérer que la Religion Musulmane était moins pratiquée avant la conquête qu’après, non pas tant par conviction que par haine de l’occupant et des imams stipendiés. Elisée Reclus prévient d’ailleurs charitablement les « conquérants » : « c’est la misère intolérable des populations qui entraînera votre échec et non une coalition religieuse ! ». Coalition dont il ne perçoit pas les prodromes. Et la situation en Kabylie le conforte dans cette analyse. Il distingue en effet très nettement les berbères aborigènes des envahisseurs Arabes moins sédentaires et plus religieux même si certains kabyles des plaines se sont arabisés par obligation ou par calcul. Au point de se confondre avec eux. Ceux des montagnes, par contre, ont conservé leur identité. Ils occupent et travaillent leurs terres, souvent inaccessibles, avec acharnement, jusqu’au dernier arpent en escaladant si nécessaire des pics vertigineux : Elisée Reclus déconseille aux colons les tentatives d’installation dans ces territoires à moins de s’unir par le mariage à une héritière autochtone, par tradition libre de gérer son héritage, et de se faire admettre dans l’assemblée du village toujours très démocratique et ouverte pour défendre ses droits. Il considère cette éventualité, qu’il ne juge pas exceptionnelle, comme une solution d’avenir bien plus prometteuse que l’assimilation à laquelle il ne semble pas croire. Un « peuple arc en ciel » avant la lettre en quelque sorte.Baskets En Adidas Flux Femme Zx Ligne Gris

Elisée Reclus ne rejetait donc pas catégoriquement l’idée de colonisation. Pourvu qu’elle soit respectueuse des droits des indigènes.

Les anarchistes d’Algérie partageaient-ils ces vues ?

La lecture de la thèse remarquable de Philippe Bouba, particulièrement documentée sur l’Histoire de ces groupes en Algérie, nous permet de répondre mais pas de façon univoque : certes, on l’a vu, ils considéraient Elisée Reclus comme une référence mais admettaient-ils la possibilité d’une « bonne colonisation »?

Parmi les journalistes cités dans la thèse de P. Bouba, celui qui s’exprimera le plus clairement, fermement, sur le sujet se nomme Mohamed Saïl.

Zx Gris En Flux Adidas Femme Ligne Baskets

Mohamed Saïl, anarchiste Kabyle, première rangée au centre de la photo, entouré de Membres du groupe international de la Colonne Durruti en 1936 sur le front d'Aragon

Né en Kabylie à la fin du XIXème siècle il va vivre le plus souvent à Paris mais en soutenant fidèlement le mouvement libertaire Algérois, financièrement par ses collectes de fonds et par ses écrits de qualité adressés au quotidien Le Flambeau ou au Libertaire. Il mettait son fusil au bout de ses idées et il fit la Guerre d’Espagne avec les anarcho-syndicalistes de la Colonne Durutti jusqu’à sa blessure, « pas trop grave » mais qui mettra un terme à ses activités militaires et le ramènera en France. A sa mort, en 1954, il maintenait les positions radicales qu’il avait toujours défendues au cours de sa vie mouvementée : il va les préciser dans un article paru dans Le Libertaire intitulé « La Mentalité Kabyle », que certains considèrent comme son testament politique.

Avant toute chose il prend la défense des « indigènes », qui vivent un « calvaire ». Là est le fondement de son action. Le « calvaire » est apparemment plus éprouvant en Algérie qu’en France étant donné l’attrait croissant de la Métropole sur les « migrants ». Au point d’inspirer une « Code de l’Indigénat » (adopté en 1881 mais renforcé en 1923 en vue de ralentir une immigration maghrébine devenue excessive). Elle va susciter la fureur de M. Saïl qui « attendait de leur rapprochement avec les ouvriers de métropole un recul de leur religiosité ».

Comme Elisée Reclus, il pense que la religion -l’Islam en l’occurrence- est un archaïsme entravant le « Progrès ». Il ne doute pas cependant de sa disparition inéluctable : comme le Nationalisme, « conséquence de la Colonisation », il disparaîtra au gré « d’un rapprochement des peuples ». Il insiste, il persiste dans ce sens, lorsqu’il s’adresse aux Nationalistes tentés par une « alliance du politique et du religieux » en leur déclarant qu’ « un gouvernement musulman, à la fois religieux et politique ne peut revêtir qu’un caractère féodal, donc primitif ».

Comme chez Elisée Reclus c’est toujours au nom du Progrès que l’on juge et que l’on condamne. Sans appel ! Bien qu’il se montre en l’occurrence amical, paternel, en soutenant les militants algériens « en proie à la répression », il ne cache pas son mépris pour leurs activités militantes : ce sont « des guignols », des « charlatans politiciens », « une bande des quarante voleurs » ! Il prophétise même : « parvenus au pouvoir, vous vous comporterez de façon pire que les Français. » « Car un arriviste est toujours plus dur et impitoyable qu’un arrivéDe Couleur Retro Jordan Bleu Sapphire Verte Femmes Basket 11 Chaussures Air XzqEE». « Rien à faire, les Algériens ne veulent ni de la peste, ni du choléra, ni d’un gouvernement de Roumi ; ni de celui d’un Caïd ». Mais alors que veulent-ils ? Mohamed Saïl répond, clairement, sans détours : « au lendemain de la décolonisation de l Algérie, ils se gouverneront eux-mêmes, à la mode du village, du douar, sans députés ni ministres, car le peuple algérien, libéré d’un joug ne voudra jamais s’en donner un autre et son tempérament fédéraliste et libertaire en est le plus sûr garant. »

Cette profession de foi anarchiste fait manifestement référence plutôt qu’au « peuple algérien » dans sa globalité à la Kabylie de son enfance, celle dont Elisée Reclus « communard » invétéré, détaillait le particularisme. Et pour les anarchistes d’Alger, comme pour leurs homologues métropolitains, la Commune de Paris est « une expérience proche de leurs idéaux » que l’on commémore.

Comme l’indique explicitement Philippe Bouba, cet « héritage communard » des deux phares de l’idéologie libertaire évoque irrésistiblement les prises de position de Camus, Camus « qui connaissait fort bien la pensée anarchiste » et qui rêvait lui aussi d’un régime fédéraliste, amorce d’un véritable « Commonwealth Français ». Il connaissait, comme Elisée Reclus, le particularisme kabyle local, caractéristique « d’un peuple ayant vécu dans des lois d’une démocratie plus totale que la notre ». On doit souligner aussi d’autres similitudes, frappantes bien que non formulées, avec Elisée Reclus, par exemple dans son refus manifeste de l’amalgame : sa condamnation de la Colonisation en Kabylie misérable de 1936 ne s’étend pas à celle de l’Algérie tout entière et, comme lui, il condamne également « les colons et les caïds, les propriétaires algériens qui n’ont rien à envier aux colons à cet égard ».

Ce rapprochement entre des êtres aussi éloignés par leurs origines comme dans leurs parcours peut paraître artificiel, rhétorique, mais il gagne en vraisemblance ne serait-ce qu’en raison de cette prédilection manifeste pour la Kabylie. Celle-ci leur aura permis à tous les trois, chacun à sa manière, de la considérer comme un modèle anarchiste à proposer à l’Algérie toute entière.

Mais ce mouvement va échouer comme aussi ces projets fédéralistes « communards Kabyles », qui n'ont pas pesé lourd face à la puissance conjuguée des Nationalistes, des Islamistes xénophobes et de la soldatesque du FLN. On peut espérer qu’ils inspirent encore quelques esprits libres capables malgré tout d’opérer une véritable déconstruction de la situation actuelle.

Charles PORTIER

Gris Flux Adidas Femme En Ligne Baskets Zx

Sources :

1 - SARRAZIN Hélène. Elisée Reclus ou la passion du monde. Editions du sextant, Jan. 2004

2 - DEPREST Florence. Elisée Reclus et l’Algérie colonisée. Editions Belin , Juin 2012

3- CHARDAK Henriette. Elisée Reclus L’homme qui aimait la Terre. Editions STOCK 1997

Gris Zx Flux Femme Adidas Ligne En Baskets

4- BOUBA Philippe. L’anarchisme en situation coloniale, le cas de l’Algérie. Thèse soutenue le 17/12/2014.

5- VINCENT Jean-Didier. - Elisée Reclus : géographe, anarchiste, écologiste. Robert Laffont. 2010.Jordan Homme Basket Air Blanc 11 Chaussures De Retro 7dggnqwUf

6- LAFON Théodore. Souvenirs sur mon beau-père Paul Régnier. 1941. Document familial, jamais édité.

 

 

Baskets Flux En Femme Adidas Gris Ligne Zx
 
 
 
Chaussures Nike Hommes Marron Lifestyle Personnaliser H5CSp5nqx
 
 
Soldes Lifestyle Nike Chaussures Grosses Hommes Noir YwzqXw